Monsieur propre à la Davouste

On se retrouve avec  Alexandre le chef de la com science du CDS pour faire un tour des salles sup de la Davouste.

On  cause entre autre de karsto, bestioles et de dépolution. On finit la journée dans et sous la salle des graviers. Les diverses départs dans cette salle sont tous visités. Au tableau de chasse un P 8 borgne et une déséscalade qui mène par des chemins détournés, tortueux et parfois boueux à la vire aux choux fleurs. La topo est levé dans la foulée.

On profite avec Laura du temps qu’Alexandre prend pour planter les deux spits pour descendre pour tester le néttoyage des tags à l’acéto avec de l’eau oxygénée diluée, une brosse à dent et une éponge. Un certain Monsieur PJ ne peut plus prétendre être passé là. En tout cas les traces de son passage on été suprimées!

C’est une journée riche en échanges.

Nettoyage de printemps à l’Adaouste

Le ciel qui s’obscurcit m’en donne le présage : par temps de pluie il faut aller à l’Adaouste. On en profite, Matthieu et moi, pour une séance de nettoyage de tags à la peinture et tâches d’aceto. On ramasse aussi les poubelles laissées par les visiteurs qui nous ont précédé (certaines semblent aussi anciennes que la grotte!). L’opération est loin d’être terminée, mais ça va se faire (ainsi que la topo, évidement!).

W.E. Comen à l’aven de la Cheminée

Nous sommes deux de l’ASN à avoir participé à ce W.E. Laura et moi.

Moi en tant qu’organisateur, cadre et responsable de la comission enseignement du CDSC 13 et Laura comme stagiaire.

L’aven est très sportif même s’il a été élargi.  Etroitures, méandres, puits dont certains s’avèrent volumineux, pendules et tête de puits acrobatiques feront la joie des spéléos entrainés. La réputation du trou sur les Causses n’est plus à faire. C’est le plus profond du Méjean mais aussi le plus dur au point que rares sont ceux qui foulent les galeries du collecteur à -400.

Il y avait 6 stagiaires (deux du club de marigniane, 3 d’Aubagne et Laura de l’ASN). Laura, un autre stagiaire et moi avons fait demi tour vers -300 alors que les quatres autres participants ont décendu les deux derniers puits dont un P 40 « volumineux et aerien » qui nous séparaient enocre du collecteur.

A noter que nous avons eu de la chance, l’équipe des découvreurs aveyronnais du trou avait équipé l’aven et nous ont permi d’utiliser leur materiel.

A noter que ça parrait difficile de le faire sur une seule journée en équipant et déséquipant dans la foulé par la même équipe, encore plus avec plusieurs kit par personne.

Tout le monde est sortis sous la neige (!) après 13 h 30 de spéléo engagée.

Spéléo dans le Piémont

Nous profitons avec Laura d’etre en Italie pour organiser une petite sortie de découverte du sous sol Piémontais. Nous sommes guidé par des spéléos Piémontais du SCT (Speleo Club Tanaro) forts sympatiques. On ne peut pas donner le nom du trou… qui est bien beau. On profite de l’occasion pour faire quelques photos. C’était une prise de contact pour organiser d’autres sorties communes des deux cotés de la frontières.

Les potins de la Davouste….

Trois sorties récentes…

Le Samedi 11. On topote le boyau accessible dans le fond de grande salle d’entrée et on fait quelques photos dans la grande salle.

Le Samedi 18 on fini de fouiller la petite escalade dans le résaeau du lupanar et on topote le tout dans la foulé.

Le Dimanche 26 direction le fond des exclamations qui pourrait être renommé le réseau des jurons. Ça retranscrirait un peu mieux les doux mots que nous prononçons en remontant. On s’était arrêté sur une vasque d’eau avec une étroiture au raz de l’eau à -100m. Une fois franchie c’est pas franchement large et pleins de folias. Une nouvelle étroiture franchement mal foutue et pas bien large donne sur une petite salle fort belle. La suite est sous la forme d’une série de petits ressauts et d’une galerie d’une dizaine de mètres de longueur qui est la plus belle de tout ce que je connais de cette cavité. Ensuite un puits de 15 m équipé tant bien que mal que je descend en escalade et remonte de la même façon. Vue l’heure la corde un peu juste et la quantité de frottements de la corde en tête de puits nous finissons la topo de la salle qui donne sur le puits et nous rentrons. Le retour est des plus casses pieds  qui pourrait croire qu’il nous a fallu 3 heures pour remonter de -120! On y retournera bientôt pour finir la topo, voir le fond du puits et le petit bout qui reste et le départ qui n’est mentionné nulle part. Si je suis courageux de je ferais une photo du bout de galerie et du puits. La sortie coûtera cher quoi qu’on fasse.

Bilan des trois sorties : les 2000 m de topographie sont dépassés. La topo du réseau du lupanar et des salles supérieures et fini. Dans la grande salle il ne reste qu’un diverticule à topographier.

Petite intro au Cyclo

Trois kits et trois spéléos (Daniel, Matthieu et moi meme) se retrouvent sur le plateau de Siou Blanc. L’objectif de faire un premier repérage des spits et voir à quoi ressemble le Cyclopibus débanané par le SSF83 (bref, sans plus la redoutable étroiture de la Banane) . D’après Matthieu, l’endroit est bien plus paisible qu’avant, donc la decision est prise : on va chercher deux autres porteurs de kits et on va continuer à delà du P69, dont le fond a été touché cette fois. Petit plus, dans les boyaux initiaux l’odeur des feuilles en décomposition (ou autre chose qu’on ne veut pas trop savoir) ne faisait pas vraiment penser à des fleurs printanières… la boue a fait le reste de la suggestion!

ski rando

we ski rando au Mourre Froid. Conditions idéales. Montée en soirée à la cabane de Tissap, éclairé par le clair de lune, bien ronde ce soir. Température douce, pas eu froid.
Matin couvert en altitude, juste ce qu’il fallait pour que la neige ne transforme pas, et qu’on n’est pas trop chaud. Arrivé au sommet qui se faisait languir (une bosse puis deux puis trois puis quatre…)vers 11h. Le soleil apparaît et ciel bleu pour la descente avec une neige légèrement transformée en surface.
Cerise sur le gâteau: aucune trace. Personne n’est venu dans le vallon depuis la dernière chute de neige!

Exercice secours

Nous sommes 3 à participer à l’exercice organisé par le spéléo secours français des Bouches du Rhones. Samedi nous allons sous terre répartis dans 3 équipes. Laura découvre les techniques dans le haut du Saint Cassien. Matthieu vas faire du portage et remonter une civière du début du petit méandre juqu’à la salle du Camp. Daniel est lui dans le début de l’eau rélie. A noté que les cavités sont toutes en crues. L’ambiance en bas de la salle du camp est très humide. Le dimanche est consacré à des exercices en falaise.

W.E. inventaire chauves souris sur la sainte baume

Nous partissipons avec Laura au second W.E. organisé par les CDSC 13 et CDS 83 pour une vaste opérations d’inventaires des chauves souris présentes en fin d’hivers dans la multitude de cavités de la Sainte Baume. Le vendredi soir est consacré à de la formation sur l’identification par les sons qu’elles émettent pour se déplacer et chasser. Samedi nous visiterons 5 petites cavités (les Béguines 1, 2 et 3) l’Aven Laffond et les quatres chênes n°2. Le dimanche matin nous explorons 2 autres cavités et nous recupérons l’enregistreur laisser une nuit à l’entrée de l’eau de la. 

Deux en un (compte rendu)

Deux sorties topo-escalade à la grotte de la Davouste.

Le  04 02 avec  Claude et Laura: fin de la topo du réseau  de la chapelle qui remonte quelque peu vers des lieux inconnus. 

La fin de cette sortie est consacrée à eu peu de photo de concretions et la topo du réseau des exclamations jusqu’à une étroiture juste au dessus d’une vasque d’eau qui oblige de se mouiller pour continuer. 

Le 14 avec Claude direction les racines pour finir une petite escalade entamée un mois plus tôt. Après 10 m ça queute de partout.