Colorado Provençal

Disons le tout de suite, il y a des cadres dont il faut se méfier. Bon, c’est vrai, Claude nous avait prévenu. « Ce site évolue constamment, je ne peux donc rien garantir quant au circuit et ce qu’on devrait voir, sans compter que je n’y suis pas venu depuis très longtemps ». Malgré ses explications sur les phénomènes géologique s et climatiques qui ont conduit à la formation de ces paysages somptueux, (mer,approfondissement, comblement, surrection, climat tropical, il y a un peu moins de 100 millions d’années), nous n’aurions pas dû oublier son avertissement. Et ça commence bien: Déjà, le cours d’eau de la Doa n’est plus un cours d’eau, mais le lit funéraire d’un ruisseau défunt. Ce n’était pas une raison pour l’emprunter en pensant que c’était le chemin…mais bon, c’est très agréable, frais, arboré, paysage surprenant quand on pense aux garrigues et pinèdes du reste de la région. La ripisylve d’aulnes et peupliers nous protège des ardeurs du soleil. Claude finit par comprendre que nous suivons le cours d’une rivière parfois sujette à des crues inattendues. L’inconscient continue quand même à mettre notre vie en danger jusqu’à ce qu’une flaque d’eau le pousse à nous ramener sur le droit chemin. Les bassins de décantation sont partout présents. Il nous avait promis une construction avec l’ensemble du mécanisme pour produire de l’eau sous pression. Étrange, nous y arrivons malgré les errements inquiétants du début. Tout y est: Le captage de l’eau, les chaudières qui produisent la pression nécessaire pour activer la pompe, et la pompe qui va pousser l’eau directement vers les carrières pour le lessivage des ocres. Une longue observation des l’ensemble des machines pour comprendre leur fonctionnement occupe le groupe, puis nous repartons, confiants. Confiants? Euh, Claude nous dit qu’il faut retrouver l’ancien chemin de Rustrel à Cazeneuve, nous abandonne quelques secondes, puis revient. Ça y est! Mais dans la montée, il faut aussi trouver la sente sur laquelle il veut nous conduire. Nouvel abandon puis nouveau cri de victoire. Beau vallon, rails et wagon qui témoignent de l’exploitation des ocres, très rapide visite d’une galerie dans laquelle nous ne nous attardons pas pour ne pas gêner des chiroptères.

Le bout du tunnel, lumière et éblouissement

Pique nique, puis nouvelle interrogation. Où est la suite? Nous voilà de nouveaux abandonnés dans une nature sauvage par notre guide qui repart en exploration, soi-disant pour nous éviter des détours inutiles. L’angoisse nous saisit, mais le voila de retour au bout de quelques minutes. C’est bon. La suite nous permet d’admirer des orifices perchés d’anciennes galeries, et de belles formations aux couleurs éclatantes.

Nous continuons ensuite vers le cirque jaune avec son rail qui surgit du sable comme un plongeoir à l’extrémité duquel personne ne s’aventure, cette année!

Lors d’une sortie il y a quelques années, des membres audacieux ont utilisé les rails pour sauter sur la pente!

Après quelques glissades ludiques, sur les pentes de sable jaune et de nouvelles observations de formes et couleurs étonnantes, nous continuons pour retrouver le site touristique. Bon, Claude a suivi par erreur? un chemin dans une vallon pour nous dire que ce n’était pas le bon, mais nous affirme qu’il retourne vers le cabanon aux volet bleus. C’est vrai et nous retrouvons le chemin le long de la Doa, ce qui raccourcit quelque peu la rando, mais personne ne lui en veut, ni ne s’en plaint. C’est déjà une belle balade, au point qu’arrivés au site touristique, nous décidons de remettre sa visite à un autre jour, et à une heure à laquelle le chemin ne ressemblera pas à la Canebière un samedi après midi!

Ce que nous ne sommes pas allés voir après nos aventures.

Goûter, voiture, Vitrolles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.