Entre la Durance et la Sainte Victoire

Cette rando initialement prévue le samedi 5 février a été déplacée au Vendredi 4 à cause du déménagement prévu par Daniel et Cécile.

Trois randos différentes avaient été préparées en fonction des prévisions météo données en début de semaine. Le choix a été fait pendant le café traditionnel offert par Laurence. Ce sera celle au départ de Meyrargues, malgré ses importantes incertitudes concernant les trajets possibles. En effet, Claude a constaté que des sentiers balisés sur la carte IGN de 1999 avaient disparu sur la version 2009, mais a proposé de les tester quand même en avertissant qu’ils ne seraient plus forcément accessibles. Le risque de se perdre n’a découragé personne. Nous voici maintenant dans la voiture électrique d’Anne Marie, notre tout aussi fidèle conductrice. (Euh…pour le féminin de chauffeur….?). Arrivés à Meyrargues, l’accès au château en voiture a nécessité quelques détours à cause des rues barrées pour cause de travaux. Nous décidons de nous garer un peu plus bas sur un parking prévu pour le festival (?). Nous voici enfin au départ des sentiers. Montée vers la chapelle dont la vie mouvementée ne permet guère de deviner qu’elle est née au moyen-âge. Notre montée continue paisiblement vers la crête, mais les prévisions météo du Lundi ont bien changé entre temps. Le vent à décorner les bœufs et les cocus a été remplacé par un ciel légèrement couvert et une température clémente qui nous conduira à ranger les lourds anoraks dans les sacs. On regarde la carte et on choisit un itinéraire vers le collet Redon. Belle vue sur « les calanques » et la tour de guet. Dans la descente vers le vallon sous le collet, on rencontre deux sangliers qui nous refusent la priorité à droite et traversent sportivement le sentier sous notre nez pour aller se réfugier plus haut. En remontant ensuite la piste nous croisons dans notre montée (et étrangement dans leur descente…), deux jeunes femmes avec lesquelles nous échangeons des infos sur nos trajets respectifs. Au sommet, nous trouvons un coin pour notre pique-nique à l’abri de la légère brise qui caresse les lieux . Partage de la spécialité au foie gars de Laurence et les petits pains d’épices au sucre d’Anne-Marie. Le calcul du nombre de calories absorbées nous conduit à penser qu’il va falloir allonger la rando pour en dépenser au moins une petite partie. Nous nous dirigeons donc vers l’ex « camp chinois ». Trois ou quatre habitations l’ont maintenant remplacé sur le site. De là, un seul échappatoire vers le sud-Ouest: une piste fort raide (25% sur les 500 premiers mètres), dont le sol montre de nombreuses traces de fossiles. Marques externes de coquilles d’ammonites et de bivalves sont visibles partout. Les randonneuses demandent des explications sur ces animaux et leur fossilisation. Claude donne donc quelques informations. Les ammonites sont des céphalopodes comme les pieuvres, les calmars, etc. mais avec une coquille externe, et elles ont disparu en même temps que les dinosaures, alors que leurs cousins nautiles ont survécu dans les mers chaudes. Une courte explications sur la diagenèse (formation des roches) et le mécanisme de la fossilisation des organismes de l’époque complètent cette initiation à la paléontologie. Le retour vers le château est un peu plus aventureux avec des raccourcis et des détours plus ou moins sportifs, mais on retrouve la voiture sans difficultés importantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.