Mortelle randonnée

Chacun comprendra, je suppose, qu’un tel titre n’a pu être choisi que par un accompagnateur particulièrement aigri. Pour un amateur de vin comme moi, il pourrait s’agir d’acide acétique, ou, pour un participant mécontent, du fiel transporté par le fleuve de sa rancœur.

Mais ici, il s’agit juste de l’acide lactique accumulé dans mes muscles endoloris. Je ne peux m’en prendre qu’à moi, et à ma tendance à satisfaire toutes les demandes de mes compagne-ions d’aventure.

La rando proposée était « Buoux, le long de l’Aiguebrun, rando calme au début, puis petite dénivelée, durée suivant les envies » (je prévoyais entre 3 et 5 heures).
Quelle imprudence que cette suggestion de possible allongement!

Tout avait bien commencé pourtant, le petit parking des « brigands »était libre, donc pas de marche sur la route pour atteindre le très joli et bucolique sentier le long de la rive de l’Aiguebrun. C’est seulement arrivés à un portail qu’un choix fut nécessaire. Je proposais de prendre le petit sentier avec les panneaux indiquant « Buoux-Sivergues » alors qu’Anthony voulait suivre le beau triple balisage « GR+GR de pays+ jaune », bien plus rassurant que deux petits et antiques panneaux de bois.

Nous suivîmes donc la piste, pour nous retrouver sur la route, avec un beau panneau routier « Buoux 3.5 Km ». Arrivés à un croisement « château de Buoux » Anthony voulait prendre cette nouvelle direction, et une longue discussion fût nécessaire pour le convaincre (?) d’y renoncer. L’argument principal étant que le trajet sur route allait en être rallongé, et que le château en question était juste le château de l’environnement (parc national du Luberon) auquel on pouvait accéder autrement.

Nous voici donc grimpant la route triplement dangereuse, (automobiles, soleil, chûtes de pierres, (ce n’est pas moi qui le dit, mais un panneau routier, et quand on voit les blocs tombés de la falaise de part et d’autre de la route, de la taille d’un cabanon, il y a de quoi s’inquiéter!)). Un randonneur « TéléphoneGPS » complètement perdu, que nous avons (peut-être) remis sur le droit chemin, puis un joli lavoir dont seul le petit bassin est en eau, nous propose son ombre, sa fraicheur et le confort de son rebord incliné pour nous restaurer. Deux grenouilles nous observent, de petites guêpes volètent de-ci de-là, c’est très reposant. Vin proposé par Anthony, puis gâteaux arabes de ma voisine accompagnés d’un petit verre d’un vieux muscat de Baume de Venise, café, et nous voilà de nouveaux debout, plus ou moins stables.

Anthony souhaite voir la chapelle Ste Marie, et nous voilà repartis. La voici, jolie construction au milieu du cimetière. Nous faisons le tour des tombes pour lire les épitaphes, des plus classique (souvenir…) aux plus originaux (un beau poème indien, une plaque offerte par des chats…).

Nous voici revenus sur la route pour essayer de rejoindre le fort de Buoux et le cours de l’Aiguebrun. Enfin une piste balisée GR et GRP semble se diriger dans la bonne direction. Nouvelle intersection, nouveau choix entre la piste et son balisage GR et GRP sur la carte, et un petit sentier sur la droite. J’arrive à convaincre Anthony (qui tient la carte), que la piste n’est qu’un détour pour rejoindre le sentier, puisque l’Aiguebrun, qui coule en contrebas de la falaise est à notre droite, et que la piste va en sens inverse. Peu de contestation cette fois, (le soleil aidant…) et quelques mètres après, nous voyons un balisage qui confirme que ce choix était le bon.

Des vues vertigineuses sur la falaise fréquentée par les grimpeurs du monde entier, et c’est incroyable de voir à quel point un arbuste qui n’a rien de remarquable puisse devenir un ami apprécié quand on se penche au dessus du vide. Le sentier descend enfin vers le vallon. Nous retrouvons le cours d’eau, et une grande piste qui deviendra rapidement une route goudronnée. Je ne reconnais plus rien, alors que je suis venu maintes fois affronter ces belles falaises avec mes chausson de grimpeur…il y a une cinquantaine d’années…

Nous rencontrons un panneau qui nous donne la direction de Sivergues, mais Anthony m’indique qu’il n’a aucune envie de pousser jusque là et je l’approuve chaleureusement.

Bon, il ne reste plus qu »à trouver le fort. Toujours avec la carte, Anthony décide que la piste qui prend à gauche doit y mener: J’exprime mon scepticisme, mais comme tout est différent de mes souvenirs, j’accepte de le suivre. Rude montée, qui nous conduira à un ancien champ, et n’ira pas plus loin. Redescente, et je justifie mon scepticisme en indiquant qu’à mon avis, l’accès au fort doit être indiqué puisqu’il se visite. 1 millimètre après (sur la carte), nous arrivons à un parking « réservé aux visiteurs du fort », et un grand panneau avant la piste d’accès, nous donne toutes les informations nécessaires…

En avant pour la conquête du fort. Nous arrivons à un fantastique surplomb qui était, lui, bien présent dans ma mémoire, même si je ne le situais pas exactement là…

Puis l’accueil du fort, (pas très sympathique le bonhomme), il nous reste presque une heure pour le visiter, mais même si nous dépassons l’heure de fermeture, ce n’est par grave, car on pourra enjamber la barrière pour ressortir.

Visite du fort, toujours gigantesque et impressionnant, mais bien plus fatigant que dans mes souvenirs. (Je deviens conscient que les douleurs et la fatigue que je commence à ressentir n’existaient pas jadis quand je faisais cette visite…). Nous faisons le circuit complet, tours, douves, remparts, église, citernes, silos, habitations, et terminons notre visite en empruntant au retour l’escalier dérobé, fort raide, (trop, me disent mes genoux).

Nous voici de retour sur la route, et cette fois j’indique clairement qu’il nous faut trouver un sentier le long de l’Aiguebrun sans retour sur la route principale. Nous trouvons très rapidement un départ, mais à une nouvelle intersection, j’envoie quand même Anthony en reconnaissance pour être sûr de ne pas torturer inutilement mes genoux. C’est toujours bon, et nous retrouvons assez vite le portail de la discorde. Surprise, nous sommes sur le chemin avec les petits panneaux qui n’avaient pas convaincus Anthony!

La suite est sans problème, et les brigands n’ont pas volé la voiture. Nous avons marché 9 heures, mais quel plaisir d’avoir vu tant de belles choses!

Dimanche 16 juin2024

CB

PS:Je sais qu’Anthony ne m’en voudra pas de l’avoir malmené dans ce compte-rendu parce qu’il m’a malmené sur le circuit: il est toujours un compagnon d’aventure très apprécié, toujours volontaire et de bonne humeur! Bises!

Reconnaissance d’une rando non reconnue

Après un samedi pluvieux, je décide d’aller reconnaitre un rando dimanche parmi des carrières d’ocre hors des sentiers battus. J’ai retrouvé une fiche succincte qui m’indiquait le départ en face du terrain de motocross. J’ai supposé qu’il était à proximité de Goult qui serait donc mon point de départ. Voiture. Dans le 84, routes jonchées de feuilles et branchage., trombes d’eau. Arrivé à Gordes, la météo se calme, j’admire le village, puis emprunte les petites routes qui devraient me rapprocher de la zone à explorer.Je trouve une piste:Goult: 3.5 Km; Trabani:0.5 Km les fenêtres rouges. Voilà qui sent l’ocre! Piquenique, je range dans la banane prévue GPS, Appareil photo, carnet,crayon, et de l’eau qui, une fois biologiquement recyclée, permettra d’abreuver des plantes assoiffées. J’oublie le scan du petit bout de carte que j’avais imprimé. (Hélas!).Piste jusqu’à un chemin qui monte vers les sommets. J’ai du temps, je vais voir. Une jolie clairière à ma droite incite au piquenique ou à la sieste. Le premier étant terminé, je résiste à la seconde. J’arrive à de beau rochers, qui méritent des photos.

Le sommet du 1° se montre propice au piquenique lui aussi. celui d’en face est étonnant, avec ses strates bien marquées.

Je décide, finalement de continuer vers le sommet de ce qui parait être un plateau. Après avoir testé un accès raide, je renonce. tout est détrempé, et si la montée est acrobatique, je me doute bien que la redescente se solderait par une dangereuse glissade avec au minimum mon équipement couvert de boue. Je trouve finalement un bon sentier pour y accéder. De jolies clairières incitent à….

je traverse et arrive sur une petite route. Route? ici? Je suis perplexe mais la suis dans la direction présumée de Goult. Très joli, aucune circulation, et des deux cotés de ravissantes clairières qui….

Une piste démarre dans un virage aigu: Bonne direction, je la prend. Elle recoupe un muret, avec des sentiers des deux cotés, balisage jaune. Pas d’hésitation, j’emprunte celui de gauche. Croisement: passage raide qui redescend dans la vallée, et sentier qui doit être parallèle à la piste. Je suis ce dernier, et arrive à un croisement: Chemin du Mange Tian. Escalier raide mais rigolo. Je croise une piste perpendiculaire! OK! Elle doit rejoindre la piste de départ! Je m’y engage…elle s’arrête sur un emplacement avec un rocher impressionnant et un gros surplomb, et une chapelle.

Bon, joli, et incite….mais…je continue à descendre. Le lieu à l’air entièrement destiné à la religion. Vaste esplanade ombragée par des platanes centenaires, statues, et gigantesque bâtisse. Je me retrouve enfermé à l’extérieur, derrière des grilles que seul un code peut ouvrir. Impossible d’accéder à l’agglomération. Je reviens en arrière, et rencontre une dame. « Suis-je à Goult? » « Non, à Notre Dame de Lumière, c’est un site religieux ». Courte discussion. « Vous avez vu le village de Bories? Ce n’est pas loin » Je ne partage pas cet avis (Je pense à celui de Gordes). Me voilà fort perplexe. Et il me faut retrouver la piste, et ma voiture. Je repars donc en sens inverse. Je cherche vainement un chemin qui me ramènerait sur la piste, en vain.

Sans carte, je ne vais pas prendre le risque de me perdre dans les broussailles et de passer la nuit à la belle étoile au dessus d’une falaise peu engageante. Je repars donc en sens inverse sur le tracé jaune, et m’aperçois que j’en avais shunté une partie: Le village ruiné des bories est là!

La preuve! Je file jusqu’au croisement repéré à l’aller, et emprunte le sentier fort raide qui devient rapidement un mini torrent avec des sources qui jaillissent au milieu du sentier! Enfin, piste, voiture, maison, dodo!

CONCLUSION: Ce sera une jolie rando, avec deux particularités. En positif, pas besoin de chercher longuement un endroit pour le piquenique. Quand on a faim, on s’arrête, on regarde autour de soi, et on s’assied! Coté négatif, il faudra chercher l’accès à Notre Dame des Lumières à partir de la piste. Mais la rando mérite ce petit effort! Claude

Karst et Bauxite

La météo sympathique nous a permis cette rando d’une grande variété. Nous nous rendons directement à la baume Saint Michel. Plus de traces des occupants du néolithique, mais les locataires suivants ont laissés des traces de leur passage. Murs, récupération de l’eau, foyer…détritus et matelas…Nous pénétrons ensuite dans une petite mine de bauxite, probablement abandonnée depuis une centaine d’année? Déjà, la nature reprend ses droits en ajoutant des dentelles de calcite aux parois taillées par les hommes.

Concrétionnement des parois.
Dentelles de calcite sur les parois de bauxite
Raissa admirant les détails du concrétionnement

Nous descendons ensuite vers le Caramy, et Raissa, toujours amatrice de sensations, préfère emprunter le passage raide plutôt que la grande piste. Nous voici au bord de la rivière. Même si le Caramy commence à économiser son eau avec l’approche de l’été, la végétation est toujours luxuriante.

Nous faisons un court essai de pénétration dans la Font noire, mais nous constatons que l’eau nous arrivera bien plus haut que la poitrine, et comme nous n’avons ni change ni éclairage, la fraicheur de l’eau de l’exsurgence limite nos ambitions.

Un plan d’eau reflétant la végétation et les roches moussues donnent un aspect féérique au paysage.

Nous ne tremperons donc que nos jambes avant de repartir vers notre second but. Nous voici à la deuxième mine. Plus longue, elle offre elle aussi des concrétions qui témoignent de la rapidité (à l’échelle géologique!) de la reconquête des lieux par le calcaire.

Mini gours et dentelles de calcite.
Mini gours qui commencent à recouvrir le sol
Les fissures dessinent des formes délicates de calcite au plafond de la mine

Mais il y a aussi de la vie dans la mine, parfois trop discrète pour qu’on la remarque, mais parfois assez grande pour qu’on puisse la photographier.

Un chilopode scolopendriforme à la recherche de proies.

Bien que j’ai essayé de convaincre Raissa que la légende pouvait s’avérer réaliste, Raissa, a refusé d’embrasser le crapaud malgré son regard magnétique. Nous avons beaucoup discuté pour arriver à une conclusion. Des républicains démocrates ont ils intérêt à ajouter un membre à la noblesse? Le prince sera t-il l’héritier du royaume? Ce royaume sera t-il opulent? Le prince se sentira t-il lié par l’obligation d’épouser celle qui lui a rendu forme humaine? Ne sera t-il pas homosexuel ?(Cas non prévu par les contes de fées: impossible ? ou censure religieuse?). Et, si ses désirs le poussent vers les femmes, sera t-il à la fois fidèle, un père attentif et un mari charmant? Bref, finalement il est peut être plus sûr de jouer au loto. Nous laissons donc le crapaud s’enfuir la queue entre les jambes, ce qui est une façon de parler puisque c’est un anoure.

Après le pique-nique, nous gravissons les marches taillées dans la roche pour accéder au saut du Cabri. Les gorges sont ici impressionnantes.

Les rochers souvent surplombants des gorges du Caramy ont des formes qui ne laissent aucun doute sur leur nature calcaire et laissent deviner l’érosion karstiques du plateau avec ses profondes diaclases.

Le sentier est ensuite reposant et bucolique. Nous suivons ensuite le balisage qui indique le parcours des diaclases, souvent impressionnantes par leur profondeur. Distraction interdite, mais pas de difficultés. Nous faisons même un détour par un ancien tracé, allons jusqu’au belvédère et jetons un dernier coup d’œil aux gorges du Caramy avant d’aller retrouver la voiture.

Terminée la rando? Pas tout à fait, car Raissa ne connaissant pas la Sainte Baume, nous revenons par la route qui longe la chaîne, nous arrêtons au parking des trois chênes, décidons de grimper jusqu’à la grotte de Sainte Madelaine. Après un dernier coup d’œil sur la poljé de Plan d’Aups et des champs qui le recouvrent, nous reprenons la route vers Marseille pour déposer Raissa.

Randonnée possibles

Voici les randonnées possibles, cassées par sites,dates à proposer par les intéressés.

SAINTE VICTOIRE: Classique plus découverte. Du col des Portes aux lames des Lesques, avec possibilité de monter au Pic des Mouches et de voir l’entrée d’aven la plus vaste de la Sainte Victoire (Cagoloup). Dénivelée entre 200 et 400 mètre suivant le choix des itinéraires: Temps entre 3 et 5 heures, ou plus si l’on veut. Intérêt: géologie Ste Victoire et lieux peu visités.

SAINTE VICTOIRE: Classique. De Vauvenargues au col de Suberoque avec parcours de la crête. Dénivelée entre 550 et 1050 m. entre 5h et 7 h suivant le choix des itinéraires. Intérêt: vue sur les plaines de l’Arc et le Luberon, Ventoux, etc.

LUBERON: Classiques à combiner entre elles. De la combe à Buoux ou Sivergues ou Bonnieux, itinéraires à choisir. Dénivelée entre 200 et 600 m, temps entre 4 h et 7 h. Intérêt géologique: Combes et Cluses. Occupation humaine, histoire (fort de Buoux). D’autres possibilités à partir des villages au Sud. Visite de Saignon, château, village

SAINTE BAUME: Classique: Mourre d’Agnis (circuit)-200m, 5 heures. Curiosité: Vue sur le plateau de Tillat et sur la plaine de Mazaugues-exploitation de la Bauxite.

SAINTE BAUME: Exploration. Combinaison de plusieurs circuits permettant de voir tous les aspects de la plaine de Mazaugues: Baume St Michel, Caramy, résurgence, mine de Bauxite, Sainte Baume souterraine, Lapiaz, circuit des diaclases. 3 à 5 h. Dénivelée 100m. Attention, parties techniques non difficiles, mais qui peuvent paraître impressionnantes (traversée du Caramy et franchissement du Saut du cabri, passage au dessus des profondes diaclases).

SAINTE BAUME: De Tourves, AR Rivière du Caramy, (100m et 3h) ou circuit à partir des anciennes mines de Bauxite (En cours d’explo, 200m et x h). Même remarque que ci dessus si on va jusqu’au bout de la rivière (traversée du Caramy et franchissement du barrage , Saut du Cabri .

Vous pouvez toujours proposer des idées!!!!

Galette ASN

Nous sommes une petite dizaine à se retrouver sur les rivages du Grand Gaudin (enfin, pas loin!) pour partager un petit pique-nique inter-séction avec des randonneurs et des spéléos. Et bien sur, deux galettes à la frangipane! Et comment ne pas mentionner les petits chocolats de Claude…

Nous avons partagé un petit moment convivial sous le soleil de la Sainte Baume. Programme de l’après-midi: petite rando digestive à la glacière Pivaut et exercices de corde à la falaise du Gaudin. Expérience à refaire!

Saint Étienne du grès

Les randos se suivent et ne se ressemblent pas (trop).

Cette fois, ce sont Daniel et Cécile qui nous ont proposé la balade. Rendez vous au parking du mas du Pommet. C’est sans doute un problème d’homonymie qui a fait que nos guides se sont perdus sur la route, et explique quelques errances dans la suite de la rando. Le groupe attend avec inquiétude leur arrivée, car ni l’une ni l’autre ne répond au téléphone. Trente minutes d’angoisse, et enfin ils arrivent! Tout le monde s’équipe et nous voilà partis… pour revenir en arrière…ce n’était pas le bon chemin. La comparaison avec la rando précédente dans le Colorado explique la première phrase. Dans le premier cas, il fallait retrouver de rares et discrets sentiers re-colonisés par la nature, et ici, il y a trop de larges pistes dont les nombreux croisements poseront quelques problèmes d’orientation au groupe.

Malgré les quelques hésitations, nous retrouverons la maison forestière avec ses arbres splendides et une conduite d’eaux pluviales qui réveillera les instincts des spéléos. Le pique nique se fera au bord d’une piste, et un tronc peu accueillant sera difficilement tracté jusqu’à la clairière choisie pour que deux d’entre nous puissent s’y installer sans grand confort.

Après un court repos, nous voilà repartis pour nous rendre compte que quelques mètres plus loin, une autre clairière avec un magnifique tronc déjà en place nous aurait offert un lieu plus confortable. Ce sera pour une autre fois! La suite de la randonnée se poursuivra dans un beau cadre boisé. puis le long d’un vignoble en contrebas. Surprise! Dans celui-ci une sculpture flamboyante de 3 ou 4 m (?) de haut, en forme de larme renversée avec une base renflée et une pointe très effilée jaillit d’un vague relief.

Cette présence nous intrigue et sa signification nous échappe. Plusieurs hypothèses sont échafaudées. La taille de l’objet excluant d’office toute utilisation thérapeutique ou autre pour des humains, il nous faut chercher autre chose. Objet purement esthétique érigé à la demande d’un propriétaire amateur d’art, ou fonction utilitaire?

Si le premier cas est étrange, il ne pose pas de réels problèmes. Le second a généré des hypothèses plus ou moins ésotériques. Antenne radio? (pour contacter qui?) Paratonnerre? (au milieu d’un champ en contrebas avec des arbres plus haut?) Un appareil pour collecter des champs d’énergie pour améliorer le vin? (Il faudra faire une dégustation). Sans réponse, (mais voir Note 1) nous abandonnons ce mystère pour continuer notre chemin vers la chapelle et l’habitat troglodytique.

En face de nous, la falaise nous offre un bel exemple de discordance géologique. Sur les couches calcaires redressées du Hauterivien, (-136 à – 130 MA), la mer burdigalienne a déposé plus de cent millions d’années plus tard des calcaires coquilliers qui sont restés horizontaux, tout en comblant les dépressions existantes. C’est dans cette couche que l’habitat troglodytiques a été creusé.

Les habitats troglodytiques sont nombreux en Provence et celui-ci est intéressant par le soin mis à le rendre confortables, et par la qualité de construction des murs qui le fermaient. Une petite montée nous permet de faire le tour de la chapelle et d’admirer le site, avec ses arbres énormes et sa prairie accueillante et propice au piquenique (et au bivouac ?). Rendu prudent, Gilles décide d’aller vérifier que le sentier caillouteux qui descend est bien celui qui nous ramènera à bon port. C’est bien le cas. Il se prolonge par un frais chemin qui longe une oliveraie et conduit à une large piste, avec une plateforme d’observation du circaète-Jean-le-Blanc. La piste nous ramènera ensuite au parking. Malgré tout, il reste un regret. Celui de ne pas avoir vu la roche qui a donné son nom au village!

Note 1: Les homo erectus qui ont échappé à l’évolution (ce qui est normal puisqu’ils n’y croient pas) et qui expliquent que les pyramides ont été construites par des extra-terrestres, proposeront sans doute l’idée que cet objet étrange a pu être abandonné là par ces derniers. Comme certains supposent aussi qu’ils étaient des géant, on peut dès lors penser qu’il aurait eu un usage bien particulier. (Voir dans ce cas la définition donnée par Alphonse Allais à propos d’un traitement moyenâgeux).

CB

Sainte Victoire, MSV, Cézanne, la Marbrière, MSV

Un temps incertain pour cette sortie au départ de la Maison de la Sainte Victoire. Annoncé: « Nuageux et rares averses ». Deux nouveaux participants en plus des habitué(e)s. Anthony et sa fille à poils non homo-sapiens, Mika. Nous quittons le parking de la MSV pour descendre par le sentier du trou. Il ne fait pas chaud! Sur notre droite, une belle lame verticale se fait remarquer par son œil sanguinolent. Beau contraste entre le rouge de l’argile et la blancheur du calcaire. Mais pas trou visible. Nous remontons ensuite vers le refuge Cézanne, mais cette fois, enlever la couche de vêtements ajoutée lors de la descente s’avère nécessaire. Arrivés au refuge, nous pensons avoir trouvé l’explication du « trou » en question. Sous les ruines de la chapelle, il y a en effet un trou qui ne ferait pas le bonheur des spéléos, mais qui a sans doute donné son nom au hameau. Lecture des panneaux d’information. Il ne reste que quatre misérables bouts de mur des habitations du hameau, mais la belle aire de battage témoigne de la vie passée.

Nous repartons sur le sentier marron, nous recroisons une randonneuse à cheval, mais nous nous demandons si nous allons trouver un emplacement abrité du vent pour piqueniquer. Les bons yeux d’une participante signalent une entrée de grotte au loin, ce qui commence à ranimer progressivement des neurones dans la cervelle déliquescente de Claude. Très progressivement… »oui, il connait….oui c’est facile d’accès…non ce n’est pas très loin…ah, oui, il y est allé avec des élèves…il y a même bivouaqué avec eux ». Bref, (façon de parler…), le temps qu’il se souvienne de tout ça, nous sommes déjà à la grotte. Belle vue sur le Sud jusqu’à la Sainte Baume et la merveilleuse cheminée de Gardanne qui pointe un doigt insolent vers les cieux. Pique nique agrémenté par un dessert de biscuits et de chocolats qui mettent à mal les désirs de garder la ligne. Laurence fait une commande de chocolats pour noël, ce qui inquiète Claude. « Il t’en faut beaucoup? » « Non » Bon je vais voir »

Pique nique sur la plateforme devant la grotte

Avant de repartir, Claude donne quelques explications géologiques. (Il ne peut vraiment pas s’en empêcher…). Brèches, poudingues, failles, miroir de failles, tout cela montrant des exemples sur place. Bon, il faut repartir. C’est encore loin? Ça monte encore? Euh..Lorsque Claude a indiqué le-la dénivelé(e) de la rando, (ménageons les susceptibilités des divers genres), il s’était contenté de soustraire le point le plus bas du point le plus haut, négligeant tout simplement que de nombreux vallons entaillent le flanc Sud de la Sainte. (note 1). Et donc, arrivés au niveau de l’oppidum, des murmures contestataires soupirent doucement dans la brise. Claude, malgré sa surdité, perçoit la révolution naissante. « On peut rejoindre directement la MSV si vous voulez » Conciliabules…C’est trop tôt, le groupe décide de continuer jusqu’au chemin qui mène à la marbrière. Nous y arrivons.

« Euh..il faut monter là haut? » L’éboulis de blocs qui monte (Note 2) fort abruptement vers la marbrière est quelque peu rébarbatif. Claude explique qu’il y a un chemin qui n’emprunte pas du tout l’éboulis mais en fait le tour. Nouveau conciliabule. Le sentier que descend vers la MSV est tentant. D’un autre coté, c’est dommage de ne pas voir la marbrière. Claude indique le nombre de mètres restant à gravir, puis propose d’aller voir les difficultés du chemin, et en donne à son retour une description certes quelque peu imprécise sur le temps de montée (il a multiplié le sien par deux..). Finalement, chacun à son rythme, tout le monde se retrouve en haut, et content d’y être! Plus aucune récriminations, tout le monde est d’accord, c’est beau, et impressionnant! Fabienne trouve son bonheur avec des bouts de « marbre », puis nous voilà sur le chemin de retour, facile et reposant jusqu’aux voitures.

Note 1: Claude « Bon, OK, mais c’est à peine le double de ce que j’avais annoncé…négligeable, non? »

Note 2: Oui, je sais, un éboulis descend, il ne monte pas. Ça n’empêche pas que quand on est en bas, il faut le remonter puisqu’il est descendu.

CB

Projet randonnée du D 11 septembre 2023

Nous nous promènerons dans la partie Ouest du Colorado. À  partir du parking devenu obligatoire et payant (hélas!), nous descendrons le cours de la Dôa jusqu’à l’ancien chemin de Rustrel à Cazeneuve. Là, ce sera au choix du groupe. Visite d’une ancienne galerie d’exploitation, ou directement retour vers le parking en empruntant divers vallons. Les possibilités de manquent pas! De toutes façons, nous aurons un aperçu de l’exploitation de l’ocre. Galeries, chaudière,  pompe, tuyaux pour l’extraction par eau sous pression, bassins de décantations,  et nous serons toujours enveloppés dans les couleurs somptueuses de cette partie du site. Les dénivelées sont brèves et raides, le kilométrage faible, mais dépend des détours qu’on souhaite faire. D’autres randos seront proposées dans le site plein de ressources  (Cette photo a été prise en allant dans l’autre sens vers Gignac)

Randonnée Vercors et Ventoux

Nous étions 6 à participer à cette escapade dans le Vercors. Arrivés samedi midi au refuge des Narces, nous partons pour un circuit de 15 km qui nous mènera au pas de la Chèvre, via la cote 1474. Après plus de 6h nous retrouvons le refuge pour un repas chaud et une nuit au dortoir bien mérités. Le lendemain, le risque d’orage nous fait quitter le massif vertaco pour des contrées plus calmes. Finalement c’est la crête du Ventoux qui cloturera ce séjour sympathique, avec une marche de donnant vue sur toute la région.

Une expérience à renouveler!

Sainte Victoire sous le soleil

C’est Fabienne qui se charge de récupérer Laurence et Claude pour les transporter jusqu’au parking de la Maison de la Sainte Victoire. (Merci!). Sur le parking, nous voilà déjà transformés en guides touristiques: Première demande de renseignement par des non locaux, et ce ne sera pas la dernière! Notre devoir accompli, nous voici en chemin jusqu’aux ruines au sommet de l’oppidum. La température est douce, la montée agréable, la vue sur les massifs plus au sud superbe. Nous tournons le dos au paysages lointains pour rejoindre le tracé marron qui nous conduira jusqu’au refuge Cézanne. Dans la descente, Nous rencontrons deux gardes du Grand Site qui connaissent Claude, et une discussion de retrouvailles s’ensuit . Laurence et Fabienne se font expliquer le rôle des gardes. La descente reprend, avec quelques haltes pour de brèves rencontres souriantes avec des ânes, des chiens, et les humains qu’ils accompagnent. Des vélos électriques aussi, qui inversent les rôles et se laissent tranquillement pousser par les naïfs transpirants qui pensaient probablement qu’ils allaient être transportés sans effort sur le sentier.

Nous voici au refuge. Claude remet à nouveau sur le bon chemin des touristes qui pensaient que Google-map allait les guider obligatoirement et sans hésitation vers le but de leur randonnée. Pendant ce temps là, Fabienne et Laurence vont visiter la chapelle du trou. Pique nique sur l’herbe, avec quelques douceurs pour annuler les effets bienfaisants de l’activité physique. Biscuits chocolat et Loukoums apportés par Laurence, et biscuits de Claude qui a pensé que du caramel au beurre salé pourrait les rendre plus énergétiques. Puis un couple vient à son tour demander de l’aide. « Excusez nous, vous êtes de la région? On ne trouve pas la Sainte Victoire. Où est elle? » Claude est un peu désarçonné par la question! « Euh, d’où êtes vous? » Ah, ils sont suisses, ce qui explique la question. Non, non, vous n’y êtes pas, mauvais esprits, ce n’était pas une preuve de la lenteur proverbiale des spécialistes de la mesure du temps! Ces deux montagnards habitués aux grands sommets des Alpes pensaient que Saint Victoire était un sommet bien visible parmi d’autres. Reconnaissons que celui de la Sainte ne se distingue pas du reste de la chaîne si on ne connait pas les lieux. Donc, courte explication, la Sainte Victoire est la chaîne qui s’étend approximativement du Tholonet à Puyloubier, et son son sommet ne dépasse que d’une cinquantaine de mètres la moyenne de la ligne de crête. Les voilà rassurés, et partis pour ce qui n’était pour eux qu’une très modeste balade.

Après un peu de repos digestif, nous voici repartis. Descente vers la route du Tholonet, puis sentier qui nous ramènera vers la Maison de la Sainte Victoire. Hum, pendant ces heures de début d’après midi le sentier n’est pas aussi à l’ombre que ce que Claude le pensait. Il fait très chaud, et de nombreux arrêts dans des taches d’ombre pour se désaltérer sont nécessaires.Nous voici enfin, à la MSV, et Laurence nous offre un café. Discussion avec la patronne aimable et chaleureuse qui pense avoir déjà rencontré Claude, mais dans quelles circonstances? « Exposition spéléo et conférence? » propose Claude. « Ah, oui, c’est ça! » Quelle mémoire physionomiste! Visite ensuite de l’exposition permanente de paléontologie, et de celle provisoire sur « l’arbre des sens ». Puis la décision est prise d’aller voir un site à œufs de dinosaures que Fabienne ne connait pas. Après une hésitation sur le bon parking, jolie balade jusqu’au site. Hélas, plus grand chose à voir, les pilleurs sont passés par là. Une belle empreinte négative quand même. Sur le retour, on admire des papillons, une grande libellule en train de pondre, une jolie demoiselle bleue, puis retour vers la civilisation.

doc Amis de la SV
Le secteur du refuge Cézanne a été un hameau avec une chapelle-hermitage. Photo de 1907(Doc ASV)
Un joli papillon bleu pointillé. (Fabienne)
La belle grande libellule qui passait son temps à pondre sans tenir compte de notre présence. (Fabienne)
La montagne vue de la chapelle du trou (Fabienne)