Mortelle randonnée

Chacun comprendra, je suppose, qu’un tel titre n’a pu être choisi que par un accompagnateur particulièrement aigri. Pour un amateur de vin comme moi, il pourrait s’agir d’acide acétique, ou, pour un participant mécontent, du fiel transporté par le fleuve de sa rancœur.

Mais ici, il s’agit juste de l’acide lactique accumulé dans mes muscles endoloris. Je ne peux m’en prendre qu’à moi, et à ma tendance à satisfaire toutes les demandes de mes compagne-ions d’aventure.

La rando proposée était « Buoux, le long de l’Aiguebrun, rando calme au début, puis petite dénivelée, durée suivant les envies » (je prévoyais entre 3 et 5 heures).
Quelle imprudence que cette suggestion de possible allongement!

Tout avait bien commencé pourtant, le petit parking des « brigands »était libre, donc pas de marche sur la route pour atteindre le très joli et bucolique sentier le long de la rive de l’Aiguebrun. C’est seulement arrivés à un portail qu’un choix fut nécessaire. Je proposais de prendre le petit sentier avec les panneaux indiquant « Buoux-Sivergues » alors qu’Anthony voulait suivre le beau triple balisage « GR+GR de pays+ jaune », bien plus rassurant que deux petits et antiques panneaux de bois.

Nous suivîmes donc la piste, pour nous retrouver sur la route, avec un beau panneau routier « Buoux 3.5 Km ». Arrivés à un croisement « château de Buoux » Anthony voulait prendre cette nouvelle direction, et une longue discussion fût nécessaire pour le convaincre (?) d’y renoncer. L’argument principal étant que le trajet sur route allait en être rallongé, et que le château en question était juste le château de l’environnement (parc national du Luberon) auquel on pouvait accéder autrement.

Nous voici donc grimpant la route triplement dangereuse, (automobiles, soleil, chûtes de pierres, (ce n’est pas moi qui le dit, mais un panneau routier, et quand on voit les blocs tombés de la falaise de part et d’autre de la route, de la taille d’un cabanon, il y a de quoi s’inquiéter!)). Un randonneur « TéléphoneGPS » complètement perdu, que nous avons (peut-être) remis sur le droit chemin, puis un joli lavoir dont seul le petit bassin est en eau, nous propose son ombre, sa fraicheur et le confort de son rebord incliné pour nous restaurer. Deux grenouilles nous observent, de petites guêpes volètent de-ci de-là, c’est très reposant. Vin proposé par Anthony, puis gâteaux arabes de ma voisine accompagnés d’un petit verre d’un vieux muscat de Baume de Venise, café, et nous voilà de nouveaux debout, plus ou moins stables.

Anthony souhaite voir la chapelle Ste Marie, et nous voilà repartis. La voici, jolie construction au milieu du cimetière. Nous faisons le tour des tombes pour lire les épitaphes, des plus classique (souvenir…) aux plus originaux (un beau poème indien, une plaque offerte par des chats…).

Nous voici revenus sur la route pour essayer de rejoindre le fort de Buoux et le cours de l’Aiguebrun. Enfin une piste balisée GR et GRP semble se diriger dans la bonne direction. Nouvelle intersection, nouveau choix entre la piste et son balisage GR et GRP sur la carte, et un petit sentier sur la droite. J’arrive à convaincre Anthony (qui tient la carte), que la piste n’est qu’un détour pour rejoindre le sentier, puisque l’Aiguebrun, qui coule en contrebas de la falaise est à notre droite, et que la piste va en sens inverse. Peu de contestation cette fois, (le soleil aidant…) et quelques mètres après, nous voyons un balisage qui confirme que ce choix était le bon.

Des vues vertigineuses sur la falaise fréquentée par les grimpeurs du monde entier, et c’est incroyable de voir à quel point un arbuste qui n’a rien de remarquable puisse devenir un ami apprécié quand on se penche au dessus du vide. Le sentier descend enfin vers le vallon. Nous retrouvons le cours d’eau, et une grande piste qui deviendra rapidement une route goudronnée. Je ne reconnais plus rien, alors que je suis venu maintes fois affronter ces belles falaises avec mes chausson de grimpeur…il y a une cinquantaine d’années…

Nous rencontrons un panneau qui nous donne la direction de Sivergues, mais Anthony m’indique qu’il n’a aucune envie de pousser jusque là et je l’approuve chaleureusement.

Bon, il ne reste plus qu »à trouver le fort. Toujours avec la carte, Anthony décide que la piste qui prend à gauche doit y mener: J’exprime mon scepticisme, mais comme tout est différent de mes souvenirs, j’accepte de le suivre. Rude montée, qui nous conduira à un ancien champ, et n’ira pas plus loin. Redescente, et je justifie mon scepticisme en indiquant qu’à mon avis, l’accès au fort doit être indiqué puisqu’il se visite. 1 millimètre après (sur la carte), nous arrivons à un parking « réservé aux visiteurs du fort », et un grand panneau avant la piste d’accès, nous donne toutes les informations nécessaires…

En avant pour la conquête du fort. Nous arrivons à un fantastique surplomb qui était, lui, bien présent dans ma mémoire, même si je ne le situais pas exactement là…

Puis l’accueil du fort, (pas très sympathique le bonhomme), il nous reste presque une heure pour le visiter, mais même si nous dépassons l’heure de fermeture, ce n’est par grave, car on pourra enjamber la barrière pour ressortir.

Visite du fort, toujours gigantesque et impressionnant, mais bien plus fatigant que dans mes souvenirs. (Je deviens conscient que les douleurs et la fatigue que je commence à ressentir n’existaient pas jadis quand je faisais cette visite…). Nous faisons le circuit complet, tours, douves, remparts, église, citernes, silos, habitations, et terminons notre visite en empruntant au retour l’escalier dérobé, fort raide, (trop, me disent mes genoux).

Nous voici de retour sur la route, et cette fois j’indique clairement qu’il nous faut trouver un sentier le long de l’Aiguebrun sans retour sur la route principale. Nous trouvons très rapidement un départ, mais à une nouvelle intersection, j’envoie quand même Anthony en reconnaissance pour être sûr de ne pas torturer inutilement mes genoux. C’est toujours bon, et nous retrouvons assez vite le portail de la discorde. Surprise, nous sommes sur le chemin avec les petits panneaux qui n’avaient pas convaincus Anthony!

La suite est sans problème, et les brigands n’ont pas volé la voiture. Nous avons marché 9 heures, mais quel plaisir d’avoir vu tant de belles choses!

Dimanche 16 juin2024

CB

PS:Je sais qu’Anthony ne m’en voudra pas de l’avoir malmené dans ce compte-rendu parce qu’il m’a malmené sur le circuit: il est toujours un compagnon d’aventure très apprécié, toujours volontaire et de bonne humeur! Bises!

Rassemblement Commité spéléo région sud à Saint Christol

Avec Laura nous avons participé au rassemblement spéléo du CSR sud à Saint Christol d’Albion. Samedi, on a profité de l’équipement en fixe pour faire un petit tour au soufffleur en fasant des photos en remontant. On a ensuite écouté les exposés des copains venu des quatre coins de la région. On a profité pour échanger sur nos découvertes respectives et nos projets respectifs. On a aussi croisé les 3 jeunes du Club, Tanguy, Antoine et Sébastien.

Dimanche on a profité de l’équipement du Joly pour faire la photo qui me trottait dans la tête depuis 10 ans à la diaclase de la sublimation. Retour sur Marseille avec plein d’idées de sorties à faire les amis du club.

2ème Rassemblement Régional du CRS Sud

Le 2ème rassemblement régional se tiendra les 10 et 11 septembre 2022 à Saint Christol d’Albion dans le Vaucluse. Il est ouvert à tous les licenciés du CSR SUD et leurs familles. Afin de faciliter les explorations spéléologiques des cavités seront équipées:

  • L’aven Autran (jusqu’à -400)
  • Aubert (le fond)
  • Le Souffleur
  • Pepette
  • Le Joly
  • Le Borel

Des conférences vous seront proposées le samedi après-midi. Un apéro convivial offert par le CSR SUD permettra aux fédérés des différents départements de se rencontrer.

Le Repas du samedi soir : Le repas, situé sur le site de la salle des fêtes, paella, fromage, salade de fruits, est proposé au prix de 10,00 € par personne et OFFERT pour les moins de 10 ans. Le vin sera offert par le CSR SUD. N’oubliez pas d’apporter vos verres couverts, tables et chaises. Prévoyez également vos autres repas.

Rendez-vous : Le rendez-vous est prévu le samedi 10 septembre à partir de 9H00 à la salle des fêtes. Ceux qui le désirent peuvent arriver vendredi soir. Un accueil sera prévu à votre arrivée. Vous serez invités à vous inscrire et noter votre sortie une fois de retour (nom, lieu, nombre pour que l’on puisse intervenir en cas de retard).

Contact sur place : Doumdoum FRANK au : 06 77 47 53 44
Annie LEGARÇON au : 06 88 52 24 32

REMARQUE ASN : IL N’Y AURA PAS D’ENCADREMENT, SPELEOS AUTONOMES

Spéléo dans les contreforts d’Albion

Ce week-end nous nous échappions de la métropole pour la beauté sauvage du sud du plateau d’Albion, près de Simiane la Rotonde. Le premier siphon de la perte du Calavon a été notre première sortie, avec ses puits érodés et son bel équipement hors crue. Après une nuit dans le camping en sous-bois de Valsaintes (faune de type gros gibier bruyant et très proche des tentes la nuit…) nous avons terminé notre escapade en visitant tranquillement le Rousti, qui nous a protégé des rayons les plus chauds.

Participants: Daniel et Cécille

A la recherche des spits de la Pépette

Pour faire un peu d’exercice d’équipement et faire des noeuds sur de la 8.5, nous prenons la route du plateau d’Albion pour visiter la Pépette. Nous grimpons la route jusqu’à l’entrée de l’aven. On fouille un peu à la recherche des spits, soucieux de ne pas déranger les petits rinolophes endormis. On descend le P46 et ses agréables pendules, mais nous nous arretons à la salle de la Fausse Colonne. L’équipement se fait quelque peu acrobatique, un petit spit pourrait arranger les choses pour notre prochaine visite

Membres de l’ASN: Matthieu et Laura

Stage ficelles et bouts de nouille

Le 14 et 15 décembre, avec l’objectif de nouer de bouts de nouilles et des ficelles dans tous les sens, on se retrouve, Laure et Laura, au stage organisé par le CDS84. On s’entraine à l’équipement dans les puits du Bourinet le samedi et dans le Jacky des dimanche. On se creuse la tête, on cherche à droite et à gauche, on apprend pas mal de choses et on passe un bon week-end avec des spéléo de toute la région.
Pour cette fois, pas de photo: ça devient compliqué d’en faire avec une clè de 13 dans les mains!

Aven Joly (pour de bon)

Samedi nous nous sommes retrouver avec David du SCAM pour la sortie commune mensuelle. Comme nous ne sommes que les vieux de la vielle nous irons tater les étroitures les puits, et le premier méandre du Joly. Daniel et David irons jusqu’à -250 environ en descendant quelques puits après le méandre et notament un magnifique P 32. Comme prévue c’est étroit, technique, avec des sorties de puits bien technique dans le genre frac plein pots sans prises, un tronçon de main courante toujours sans prise et un méandre bien étroit. Pour finir d’agrémenter la sortie le trou était en légère crue.