2 en 1…

C’est le nombre de sorties figurants dans ce compte rendu.

La première c’est une visite du Lys Martagon sur Siou Blanc le 5 avril. Malheureusement c’est après de fortes pluies, le P54 toujours aussi tortueux est vite descendu. Un pique nique en bas et on va voir à quoi ressemble le P41. c’est pas compliqué, plein pot sous un pipi rafraichissant ou un frac sous le même pissou. On choisi de remonter avant d’être trempé.

Pique nique au lys.

La seconde sortie est le 21 Avril. Nous avons rendez vous avec un collègue d’Eric pour l’initier au plaisir de la spéléo verticale. On choisi la solo tout simplement parce que c’est beau… On descend les 3 premiers puits et on remonte tranquillement. Tout le monde est comptant. Mission accomplie!

Le premier Lys du printemps

Faute de motivés, on se retrouve à deux (Matthieu et Laura) à arpenter les trous du plateau de Siou Blanc (faute d’Adaouste…). Le choix tombe sur le Lys Martagon, qui avait subi une remise au jour de l’équipement en fin 2021, mais un tamponnoir suicidaire nous avait empêché d’accomplir la tâche.

Matthieu teste des amarrages naturels

Nous voilà à l’entrée du trou, on s’assure que les mousquetons de portages soient bien fermé cette fois-ci et Matthieu part équiper le P54. On ne peut pas vraiment parler d’un équipement très évident, il faut improviser, être assez prodigue en ce qui concerne les déviations, se dépenser en conversions pour trouver la petite lame qui va bien pour doubler un spit qui n’est plus de premier poil. Après un temps non négligeable, on savoure nos sandwiches en bas du P54.

Laura s’extirpe du P40

On s’interroge sur le courant d’air vraiment fort qui souffle à la tête du P40, où on rajoute au moins un AF pour éviter que notre corde toute fine frotte. Laura équipe la tête du puits, mais il semble qu’on devra bricoler plus bas pour arriver au fond. Faute de temps, on remonte dev après dev.

Matthieu vers la sortie

Nous avons quand même prévu une deuxième visite sous peu, rien que pour voir (ou plutôt sentir) si le courant d’air est toujours aussi présent en bas du P40.

Reprise à Siou Blanc

Les protagonistes, le dernier ayant oublié son casque

Nous nous retrouvons, Laura, Raissa, Claude et moi pour une reprise après une pause trop longue pour certains. On choisi de faire plusieurs petits trous sur La partie Est de Siou blanc. On commence par l’aven de L’ours qui nous occupe une petite partie de l’après midi. Le planning trop serré des néo parents nous oblige à nous contenter de cet aven et du repérage du menhir et de la galère dans le quel on plante deux amarrage pour la prochaine visite

Les petits trous de siou blanc.

Nous nous retrouvons le 4 Mars à 4, Claude, Laura, Noah et moi pour aller voir à quoi ressemble les trou du coté du secteur des gaches. On commence par une jolie mais courte petite grotte, puis on continue par l’aven de Massilia. On rééquipe le premier puits et on en profite pour expliqué à Noah les rudiments de la spéléo verticale. Le fond du premier puits est encombré d’une multitude de branchage qu’on évacuera vers la sortie. On reviendra dans ce secteur qui nous a fortement plu!

Les dernières sorties spéléo….

Quelques nouvelles des pérégrinations spéléologiques de l’ASN.

Dans le courant du mois de janvier nous avons tenté d’aller faire un petit tour rapide à la solitude pour faire quelques photos dans le P36 avec Eric et son fils mais comme il y avait déjà beaucoup de monde on s’est rabattu sur l’aven Adam. Mauvaise pioche, les cailloux accompagnent d’un peu trop près les spéléos. A refaire quand il fera un peu plus sec et que les cailloux du premier palier resterons sagement à leur place. On profitera quand même de l’occasion pour faire une jolie photo dans le puits d’entrée.

Puits d‘entrée de l’aven Adam

Quelque temps plus tard c’est avec Antony que nous retournerons à la solitude pour faire les photos prévues dans le P36 et franchement on est pas déçu du résultat.

P36 de la Solo

Le W.E. suivant nous nous retrouvons avec Claude pour visiter dans l’ordre l’Omoplate avec son beau puits d’entrée et son équipement folklorique…

On devait ensuite rendre visite l’abime des morts, mais la fatigue fera qu’on transformera en embryon de balade l’après midi. On se promet d’organiser un jour une rando pour la section rando de l’ASN sur Siou Blanc.

Pour terminer sur nos pérégrinations Varoises, pas plus tard qu’hier nous allons trainer du coté de l’aven de l’Humus qui semble parfait pour former des débutants. Dommage il est refermé suite à des travaux forestiers. On se console comme on peut à la baume du Mulot

Baume des mulots

La Grande Crevasse.

Nous nous retrouvons en ce dimanche sur Siou Blanc pour une sortie d’entrainement aux techniques de la spéléo verticale. Le but de la sortie était essentiellement d’enchainer les passages de fractionnement pour que cela devienne automatique pour tout le monde. Matthieu équipe la multitude de fractios qui évitent les frottements dans la diaclase pas toujours très large mais jamais étroite non plus. Tout le monde se retrouve vers-65 m pour le pique nique puis on remonte. Glenn déséquipera même un petit bout de la cavité.

Un dimanche sur Siou Blanc

Nous nous retrouvons le 30 septembre à 4 de l’asn pour voir si le ragage des chênes ne pourrait pas faire l’affaire pour une initiation. L’entrée ébouleuse à souhait et le voyage vers le bas de deux gros blocs qui tenaient par l’opération du saint esprit nous ont incité à aller voir ailleurs si les blocs étaient plus stables.

Le second objectif était le gouffre des quatre crois sud. Le gouffre constitué d’un petit P30 fort sympathique et un P 20 joliment taillé nous dépose vers -50m. Un méandre part une petite désescalade au fond du méandre permet d’atteindre le fond vers -58m. C’est une faille étroite soufflante qui ne demande qu’a ce qu’on revienne la voir avec des moyens de désobstructions….

Retour sur Siou Blanc épisode 2

Sortie spéléo ouverte à tous mais ce n’est pas une initiation. Attention le nombre de participants non autonomes sur corde est limité à 4.

L’aven sera choisi en fonction des participants.

On pourra en profiter pour aller visiter des petits avens pour voir s’ils ne seraient pas des candidats pour une initiation.

Merci de me prévenir avant jeudi 22 septembre si vous êtes intéressés.

ThipauThérapie

Ma première visite au Thipauganahé en 2016 ne fut pas un franc succès, la faute à un baudrier pas ajusté comme il faut et à mon incapacité d’apprécier la beauté du dernier jet plain pot du P80. Depuis j’ai préféré éviter cette cavité mythique de Siou Blanc pour échapper aux mauvais souvenirs.

Depuis de l’eau a coulé sous les ponts et des mètres de corde ont défilé dans mon descendeur, il était temps de me réconcilier avec monsier Thipau. J’arrive à persuader Matthieu de faire une tentative, avec le prétexte qu’il pourra ramener ses babioles photo dans la grande salle. On s’empare de corde et d’amarrages et on profite des derniers jours avant la fermeture du plateau de Siou Blanc. Le Thipau nous accueille avec sa fraicheur bienvenue après les 30 degrés du Var. Matthieu équipe, je le suis avec le bagage photo.

Tout se passe comme une lettre à la poste (pas celle de Marseille, enfin, bref…)! Je pose mes pieds en bas du P40 avec grande satisfaction. Pique nique, test photo pour se rendre compte que la salle est toujours aussi grande, et on remonte. Cette fois à l’aise, comme quoi c’est important d’avoir un matos bien réglé et pouvoir lui faire confiance. Par contre qu’est-ce qu’il fait chaud dans le P80!

Et voilà, le Thipau c’est (re)fait ! Prochain arrêt: aven Aubert?

Essai photo dans la grande salle terminale di Thipau

Siou Blanc deux sur deux

Pendant ce week-end de météo printaière, nous (Matthieu et Laura) prenons la bien connue route du plateau de Siou Blanc.

Le samedi nous affrontons la redoutable marche d’approche de l’Aven du Caveau, l’objectif étant de vérifier l’équipement jusqu’au lapiaz souterrain en vue d’une sortie club dans l’automne. Laura équipe avec ce qu’elle trouve en place, Matthieu rajoute des spits et des AFs pour éviter de faire frotter la corde, qui après un régime minceur ne fait que 8.5 mm de diamètre. Nous arrivons au dernier fractio avant le lapiaz, bien mouillés comme il faut à cause des flasques remplies par les pluies tombées pendant la semaine. On remonte en épongeant les parois humides, la prochaine fois on pourra descendre plus en profondeur avec une équipe conséquente.

Dimanche on retourne à la Grande Crevasse, aven que nous avions déjà visité et rééquipé sauf le dernier ressaut, pour manque de cordes, spits, mousquetons, tout. Cette fois on prévoit large et on se change en sapin de Noël chargé d’amarrage. Nous arrivons aux étroitures du fond, nous rajoutons un frac pour éviter frottements et passages pénibles et nous voilà enfin au fond. Le petit courant d’air est bien sensible et intriguant, la remontée se fait en s’interrogeant s’il n’y a pas un petit passage caché quelque part (oui, on est en manque d’explo à La Pierre Saint Martin…).