Un été à la Pierre Saint Martin

Cette année nous sommes deux ou plutôt trois à participer au camp d’exploration du Romy organisé par nos amis Lillois, même ci la troisième est un peu jeune pour faire de la spéléo.

Nous nous sommes retrouvé du 22 juillet au 13 Aout pour explorer ou chercher de nouvelles cavités sur le versant EST du massif de la Pierre Saint Martin.

Matthieu et Laura ont alterné journée de garde de la troisième participante et journée de spéléo/rando.

Ce compte rendu ne décrit que les sorties ou activités auxquelles ont participé les membres de l’ASN.

Cette année un plongeur du nord habitant en Bretagne c’est joint à nous. Une petite sortie au Ouiel D’Issaux nous on permis de suivre son rituel de mise à l’eau. Tout est pensé en double pour maximiser sa sécurité, vérifié avant de partir. Il faut dire qu’il n’a pas le droit à l’erreur.

Un dernier contrôle avant de partir.

Depuis un paquet d’année un gouffre prometteur attend une équipe pour élargir la suite vers -60. L’intérêt de ce trou (le BB9 pour les intimes) est qu’il est un potentiel accès aux amonts d’une des grandes cavités du massif. Il s’agit du Couey Lodge (-700 environ 7 km) dont les amonts ne sont connus que partiellement et n’ont jamais été revu depuis les années 70. Laura est allé y faire une visite de courtoisie pour en faire la topo et revoir le terminus pour évaluer le travail à fournir pour ouvrir la suite. Le résultat de l’opération c’est qu’après des orages la veille, le trou mouille franchement au fond et qu’à 5 ° c’est la douche est très moyennement agréable.

Quelque part dans le BB9

Un grand nombre de sorties ont été consacrées au BB26 qui nous occupe depuis 2018. L’année dernière on a découvert un grand puits de 112 m avec des paliers. Le fond était occupé par un éboulis de blocs de taille variable en partie calcité dans lequel seul le courant d’air pouvait passé. On était à -192 m par rapport à l’entrée. Deux séances de « déménagement » de blocs en leur disant plus moins gentiment ôte toi de la que je m’y mette. A la fin comme ils étaient un peu sourd d’oreille et peu coopératifs ils la fallut sortir des arguments plus brisants. Au bout de la deuxième journée un membre de l’équipe de forçat a put se glisser sous l’éboulis. Un petit conduit fortement ventilé donne sur une petite salle avec des départs de méandre actif (avec de l’eau qui coule) et une grosse cheminée qui remonte d’au moins 20 m. A son sommet on voit un méandre ou une galerie. A 4 m on peut voir un palier.

BB26 La suite est de l’autre coté!

En jetant des cailloux cela redescend aussi tôt de l’autre coté. L’escalade a été faite dans les derniers jours du camps. La suite est un autre méandre actif avec un fort courant d’air aspirant. Bilan des courses parait maigre mais les spéléos qui sont familiers de l’exploration souterraine auront compris qu’on a au moins trois suites potentielles. Les deux méandres actifs et le méandre au sommet de l’escalade. La topo montre aussi qu’on a franchis la cote des -200m et qu’on a un gouffre de plus de 500m.

Pour en finir avec les explos spéléos, le BB26 est un trou exigent aller à -200 est une entreprise difficile même pour des spéléos entrainés. On a donc choisi de consacrer un certain nombre de sorties à élargir les passages les plus techniques à la remonté. Le BB26 n’est toujours pas un boulevard mais c’est déjà mieux….

Pour compléter notre séjours Pyrénéen nous avons fait quelques randos dans les parages et nous avons également put comme d’habitude « regarder la pluie tomber »

Du coté de la cabane de Camp Long

Non aux puits, oui à la reptation.

Matthieu nous avait proposé d’aller combattre notre Solitude dimanche et nous fûmes huit à être volontaires. Hélas, l’homme propose et elle dispose. (Par « elle », je ne parle pas de la Ève éternelle, mais de la voiture de Matthieu, qui a décidé de faire grève). Matthieu a donc envoyé des messages à tout le groupe pour dire qu’il ne pourra pas être présent. Claude, après un samedi chargé, n’a consulté son téléphone que le dimanche matin…Appels divers pour savoir ce qu’on fait: Éric and Co ont proposé, faute de Solitude, de se regrouper pour aller visiter le reggai de Néoules. Claude met de coté le matériel prévu pour les puits, et ne prépare que ce qui sera nécessaire pour cette cavité, puis contacte la maman de Jules pour l’informer du changement de programme, mais celui-ci préfère finalement aller randonner en famille. Éric a envoyé un message à Raissa, mais pas de réponse. (Elle a du se rendre sagement au RV prévu avec Matthieu, et n’a sans doute utilisé son téléphone qu’après une longue attente, trop tard pour que le message d’Éric lui permette de s’adapter à ce changement!)

Nous nous retrouvons donc à cinq au parking d’accès à la cavité. Elle ne présente pas de difficulté technique, mais comme elle a à peu près la structure d’une éponge, il y a plusieurs possibilité pour arriver à un endroit, et tout autant pour arriver nulle part, mais rassurons nous, il n’y a pas de minotaure à l’affut dans ce labyrinthe. Pour agrémenter la balade, quelques passages obligés dans l’eau permettent d’en tester la température…un peu fraiche!

Après nous être contorsionnés dans des passages rébarbatifs, nous cessons de progresser comme des lézards, et parvenons finalement  à la grande (enfin debout!) salle du sable, qui d’une part porte bien son nom, et d’autre part nous montre à quelle hauteur arrive l’eau en cas de crue. (À peine trois mètres au dessus de nos têtes, ce qui signifie quand même que la totalité de la cavité est entièrement noyée, et les visiteurs imprudents aussi). Pas de panique, aucun risque aujourd’hui, aucun orage n’est prévu!

Nous continuons jusqu’au premier siphon, et même si un corde nous invite  à aller jusqu’au siphon suivant, nous n’irons pas plus loin, la nage en eau froide ne tente personne, et il faudrait avoir cuissard, longes et poignées pour éviter tout accident.

Les jeunes devant une cascade et la succession de gours.

Ana, dans la gueule du diable

Ana et Éric surgissant de la gueule du diable!

On a décidé d’aller piqueniquer au soleil, et nous repartons: eau froide, contorsions….. Glen qui a une âme de découvreur, part explorer un passage, en laissant sagement son mini-kit pour signaler son point de départ. Au bout de quelques minutes, nous ne le voyons pas revenir, et nos appels restent sans réponse… Claude et Éric s’engagent pour le contacter, il nous entend, et il finit par revenir. Petit rappel, il vaut mieux être deux quand on explore, et si on est seul, toujours rester à portée de voix. Nous ressortons enfin pour déguster nos pique-niques au soleil. Claude s’aperçoit alors qu’il a oublié les vêtements qu’il avait prévu pour se changer! Bon, séchage debout dos au soleil, puis en position plus sportive pour que le soleil puisse sécher le slip. Devant l’inquiétude de Claude en ce qui concerne les interprétations possibles de sa position, Éric le rassure, non, il n’est pas orienté vers la Mecque, il y a donc peu de chances pour que des coreligionnaires viennent se joindre à nous. Il n’en reste pas moins que de la route sa position peut paraitre provocante, et Claude préfère signaler aux passants qu’il ne faut y voir aucune incitation à quoi que ce soit.

Chacun repart ensuite avec son véhicule. Claude qui à l’aller, a été intrigué par un panneau indiquant un joli vieux hameau et une chartreuse, décide d’aller voir pour enrichir sa culture. Bon, c’est exact, il y a une autre chartreuse que celle de Parme. Il est quand même déçu de voir que l’élevage de chats n’est pas ouvert aux visiteurs. Un bavardage avec des randonneurs lui apprend que la rando continue vers les aiguilles de Valbelle et éventuellement une forêt de cèdres. C’est un peu tard pour y aller, mais on pourra prévoir la rando. (5 heures et 500 m de dénivelée d’après un panneau du parc de la Sainte Beaume aperçu au retour)

Le rédacteur, toujours aussi fou.

On joue au facteur à la boite aux lettres

Cette fois ci c’est la boite aux lettres qui retient notre attention ce dimance 12 Mars. Nous sommes 3 Eric, Glen et moi. J’équipe l’escalade et les deux premiers puits. Eric prends le relais pour les 3 puits suivants. J’équiperais les deux suivants. Fin de l’aventure pour cette fois au sommets du P9 juste avant le dernier puits de 45 m à cause d’une mauvaise lecture de la topo. On c’est promis de revenir

Les petits trous de siou blanc.

Nous nous retrouvons le 4 Mars à 4, Claude, Laura, Noah et moi pour aller voir à quoi ressemble les trou du coté du secteur des gaches. On commence par une jolie mais courte petite grotte, puis on continue par l’aven de Massilia. On rééquipe le premier puits et on en profite pour expliqué à Noah les rudiments de la spéléo verticale. Le fond du premier puits est encombré d’une multitude de branchage qu’on évacuera vers la sortie. On reviendra dans ce secteur qui nous a fortement plu!

Les dernières sorties spéléo….

Quelques nouvelles des pérégrinations spéléologiques de l’ASN.

Dans le courant du mois de janvier nous avons tenté d’aller faire un petit tour rapide à la solitude pour faire quelques photos dans le P36 avec Eric et son fils mais comme il y avait déjà beaucoup de monde on s’est rabattu sur l’aven Adam. Mauvaise pioche, les cailloux accompagnent d’un peu trop près les spéléos. A refaire quand il fera un peu plus sec et que les cailloux du premier palier resterons sagement à leur place. On profitera quand même de l’occasion pour faire une jolie photo dans le puits d’entrée.

Puits d‘entrée de l’aven Adam

Quelque temps plus tard c’est avec Antony que nous retournerons à la solitude pour faire les photos prévues dans le P36 et franchement on est pas déçu du résultat.

P36 de la Solo

Le W.E. suivant nous nous retrouvons avec Claude pour visiter dans l’ordre l’Omoplate avec son beau puits d’entrée et son équipement folklorique…

On devait ensuite rendre visite l’abime des morts, mais la fatigue fera qu’on transformera en embryon de balade l’après midi. On se promet d’organiser un jour une rando pour la section rando de l’ASN sur Siou Blanc.

Pour terminer sur nos pérégrinations Varoises, pas plus tard qu’hier nous allons trainer du coté de l’aven de l’Humus qui semble parfait pour former des débutants. Dommage il est refermé suite à des travaux forestiers. On se console comme on peut à la baume du Mulot

Baume des mulots

Galette ASN

Nous sommes une petite dizaine à se retrouver sur les rivages du Grand Gaudin (enfin, pas loin!) pour partager un petit pique-nique inter-séction avec des randonneurs et des spéléos. Et bien sur, deux galettes à la frangipane! Et comment ne pas mentionner les petits chocolats de Claude…

Nous avons partagé un petit moment convivial sous le soleil de la Sainte Baume. Programme de l’après-midi: petite rando digestive à la glacière Pivaut et exercices de corde à la falaise du Gaudin. Expérience à refaire!

Jeu de cache cache avec des cavités Ligures.

Nous profitons avec Laura de quelques jours passés en Italie pour les fêtes du coté de Savone pour tenter de visiter deux cavités d’importances. La Grotta della Pollera et sa gigantesque salle a bien joué avec nos nerfs. La marche d’approche devait être une simple formalité mais rien ne c’est passé comme prévue. La route qui permet l’accès au parking est interdite à la circulation pour les non résidents par arrêté municipal. Il a donc fallu ajouter deux kilomètres de marche à l’aller et au retour. Arrivé à 200 m on fini par se rendre compte que les coordonnées sont quelques peu folkloriques puisqu’elles me conduisent sur l’autre versant. Vers 13 h 00 j’ai fini par trouver l’entrée pourtant bien grande après avoir abandonné Laura une heure. On pique nique dans l’entrée de la grotte et on file dans la cavité. On descend un grand toboggan puis on arrive dans une grande salle. On cherche un équipement pour descendre vers la suite sans rien trouver pour équiper. Nous finissons par trouver un passage dans les blocs et en bas de la salle nous finissons par tourner en rond dans un chaos.

En remontant vers la sortie nous faisons quelques photos et c’est en rangeant le matériel photo que nous finissons par trouver des amarrages scellés au sol.

La grande salle de la Grotta della Pollera

Je descend un second éboulis et je commence à m’engager dans une trémie. Après consultation de la topo c’est le bon endroit mais il est temps de rentrer.

Fort de notre expérience, le lendemain partons à la recherche du Buranco Rampiun du coté de Bardineto. La météo à l’arrivé au col du Melogno d’où part la piste de presque 4 km est digne de la Pierre Saint Martin. L’état de la piste nous fait renoncer.

La piste d’accès au Buranco Rampiun.

Nous nous replierons sur la grotte de Balbiseolo qui est un « petit » -160 avec 3 km de développement. Comme nous souvent eu de « mauvaises » surprises avec les cavités Ligures qui ont la fâcheuse tendance à se cacher car il faut errer longuement avant de les débusquer là où elles ne devrait pas être, nous filons avec une description laconique de la marche d’approche et le GPS. Et là, miracle, en suivant bêtement le GPS nous arrivons après 45 mins de marche à l’entrée du trou perdu au fin fond d’un ravin dans une foret ligure.

Nous reviendrons 2 jours plus tard avec cordes et amarrages pour explorer le début du trou. Très rapidement nous nous rendons compte que la cavité est équipée au standard « EFS » qui est une première pour nous en Italie. Nous avons plus l’habitude de voir des « mono-points qui frottent » que des dev hors crue et deux amarrages en tête de puits. On s’est juré de revenir avec plus de temps et de faire profiter les copains du club de cette cavité qui mérite une visite approfondie.

Ravin où s’ouvre la grotte de Balbiseolo

La morale de l’histoire c’est que les cavités Ligures nous réservent toujours des surprises et qu’il vas falloir faire des repérages poussés avant de pouvoir proposer un camp en Ligurie aux membres du club.

Un petit tour dans le Gard

C’est le grand retour d’Antony à la spéléo après 5 ans d’arrêt. Pour l’occasion nous choisissons une jolie cavité Gardoise. Malheureusement le CO2 à jouer les troubles fêtes. Après être ressorti nous partons à la recherche d’une autre cavité sensée être sur le bord du chemin. Le GPS pers la tête et nous faisons 547 m en deux pas. Finalement nous rentrons tranquillement en nous promettant de ne pas attendre 5 ans avant de refaire une sortie avec Antony.

Semaine Vertaco

Avec Laura nous passons une semaine du coté d’Autrans pour prendre l’air et repéré des gouffres en vue de futur camp qu’on proposera aux autres spéléos de l’ASN.

La météo a joué les troubles fêtes. Nous avons profité de deux belles journées durant pour repérer les amonts du gouffre du gampaloup en faisant quelques photos et faire une petite rando.

Après un déluge nocturne et une matinée arrosée, tout est en crue. Nous irons nous réfugier dans la grotte Roche, où il y avait foule, pour y refaire quelques photos.

Le lendemain nous sommes rejoint par Laure et un de ses ami spéléo. Nous partons à nouveau pour le Gampaloup mais cette fois ci pour l’aval où il ne fait pas bon trainer quand il est en crue. Nous ferons demi tour devant une cascade qui arrose la totalité de la suite.

Le jour suivant la météo n’est pas terrible. Nous filons vers Gours Fumant qui à la réputation d’être praticable même en forte crue. Nous faisons une petite photo dans un puits et faisons demi tour avant le déluge qui finalement n’aura pas lieu.

Nous passons notre dernier jour à chercher des entrées de gouffre. Les coordonnées du Scialet n’étaient pas bonne de 50 m mais nous l’avons trouvé au bord d’une piste en non au fin fond de la combe du Furon. Par contre pour le Scialet de l’Orbito (un -350 faisable avec un kit et demi de matériel) qui fait parti du réseau du trou qui souffle n’est pas non plus là où notre GPS nous à guider mais à 150 m de là. Nous finirons par rentrer sous un mélange de pluie de neige fondue et de grésil.

Promis on reviendra…

Sortie aux Rampins avec les jeunes de l’AVES

Ce mercredi 26 octobre, 7 jeunes découvraient le monde souterrain accompagnés par Daniel et Cécile de l’ASN, Doumé et Kader de l’AVES. Tout ce petit monde à entrevu les merveilles du monde souterrain dans la joie et la bonne humeur, avec arrêt à la voute mouillante. Les bains de boue ne font pas recette.